Signez la pétition du Dr Munyangi wa Nkola Jérôme

Dr MUNYANGI WA NKOLA JÉRÔME

Un essai clinique d’un vaccin contre la malaria mené par l’Organisation mondiale de la santé représente une grave violation des normes éthiques internationales (Doshi, BMJ 2020).

L’étude randomisée en grappes africaines est en cours au Malawi, au Ghana et au Kenya, où 720 000 enfants seront sélectionnés pour recevoir le vaccin RTS,S, connu sous le nom de Mosquirix. Mosquirix, le premier vaccin antipaludique homologué au monde, a été évalué par l’Agence européenne des médicaments, mais son utilisation est limitée à une mise en œuvre pilote, en partie pour évaluer les problèmes de sécurité qui sont apparus au cours de l’essai de phase III.

L’essai de phase III a soulevé de graves problèmes de sécurité, notamment les suivants

1. Un nombre plus élevé d’enfants ayant reçu le vaccin contre le paludisme ont eu la méningite que ceux du groupe témoin ayant reçu le vaccin contre la rage (Lancet 2015)

2. Les groupes de vaccination RTS, S ont également enregistré un plus grand nombre de cas de malaria cérébrale

3. Un taux de mortalité plus élevé pour les patients hospitalisés pour paludisme grave chez ceux qui ont reçu le vaccin (document de position de l’OMS 2016).

4. Les enfants de sexe féminin qui ont reçu le vaccin ont eu un taux de mortalité plus élevé que le groupe de contrôle et que les garçons du groupe de vaccination – ceci a été observé dans les deux groupes d’âge (Klein et al, mBio 2016).

Le groupe consultatif stratégique d’experts de l’OMS sur la vaccination (SAGE) et l’Agence européenne des médicaments (EMA) ont tous deux déclaré que les signaux de danger pouvaient être dus au hasard – mais la probabilité que ce soient tous des événements fortuits est très faible.

Les documents du SAGE indiquent que l’on s’attend à ce qu’il y ait suffisamment de données pour tester les trois signaux de danger liés à la méningite, au paludisme cérébral et à la mortalité toutes causes confondues.

L’absence d’enregistrement des participants, le mauvais enregistrement des décès potentiellement défectueux, le suivi court et la faible couverture agissent tous dans le même sens : il est difficile de documenter l’augmentation de la mortalité chez les filles vaccinées (Aaby et al BMJ 2020).

Il semble que les parents ne soient pas informés que leur enfant fait partie d’une étude, ni qu’elle est menée pour évaluer les signaux de danger de l’essai de phase III. Il n’existe pas de procédure de consentement éclairé (Doshi, BMJ 2020).

Nous demandons à l’Organisation mondiale de la santé de faire preuve de transparence sur cette étude, l’OMS doit répondre aux questions éthiques liées à la conduite de l’étude pilote de mise en œuvre.

https://www.change.org/p/oms-exigez-le-respect-des-lois-%C3%A9thiques-de-l-essai-du-vaccin-rts-s-chez-les-enfants-africains-who-demand-compliance-with-the-ethical-laws-of-the-rts-s-vaccine-trial-in-african-children?recruiter=1071885372&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

Dr MUNYANGI WA NKOLA JÉRÔME

Vérifiez aussi

Le professeur Didier Raoult claque la porte du conseil scientifique de Macron

Didier Raoult claque la porte du Conseil scientifique de Macron Le patron de l’IHU Méditerranée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *